L’Association africaine des autorités de règlementation pharmaceutique a été créée le 6 juillet 2019 lors de la 20ème édition du Forum pharmaceutique international (FPI), tenue du 4 au 8 juillet 2019 à Marrakech au Maroc. La République du Congo occupe le poste de secrétariat général de cette association, à travers son Directeur de la pharmacie et du médicament, le Dr Boniface Okouya

Cette information figure parmi les questions abordées par ce dernier lors d’un déjeuner de presse qui a eu lieu mercredi 11 septembre 2019 à l’hôtel Hippocampe, à Brazzaville. L’association a pour objectifs de renforcer les capacités de management des autorités de règlementation pharmaceutique ; harmoniser les textes pharmaceutiques en vigueur en Afrique ; aider les pays dont la législation pharmaceutique est faible à pouvoir élaborer et faire adopter de nouveaux textes par leurs autorités ; et créer des liens de solidarité entre tous les pays africains pour la promotion de l’industrie et de la politique pharmaceutique en Afrique.

Des faiblesses sont enregistrées dans l’application des textes régissant le secteur pharmaceutique en Afrique. Ces faiblesses varient selon chaque pays. Ainsi, l’Association africaine des autorités de règlementation se donne la mission de développer une solidarité permettant d’y remédier.

L’association sera appelée, par exemple, à jouer un rôle clé dans la réalisation du projet de création de l’Agence africaine des médicaments, promu par le Président de la République du Congo, Son Excellence Denis Sassou N’Guesso. « La matérialisation de ce projet ne pourra que renforcer les prérogatives des autorités de réglementation pharmaceutique membres de l’Association africaine des autorités de règlementation. Car, ce sont elles qui doivent proposer à l’Union Africaine des voies à suivre pour pouvoir créer cette agence », a déclaré le Dr Boniface Okouya.

« Faut-il le rappeler, le Président de la République s’implique, depuis une dizaine d’années, dans la lutte contre le trafic illicite de faux médicaments et de qualité inférieure. Il tient à ce que cette lutte soit menée avec opiniâtreté pour garantir la santé publique en Afrique en protégeant les populations contre les faux médicaments », a-t-il ajouté.

DPM Congo

Leave a comment