La manipulation, la conservation et l’exposition d’un corps d’une personne décédée du Covid-19 dans une morgue ou à domicile est formellement interdite au Congo-Brazzaville. Les ministres en charge de la santé, de l’intérieur, des affaires sociales et de la justice ont pris cette mesure dans un arrêté signé mardi 14 avril 2020.

Ce texte stipule, entre autres, que les frais relatifs à l’inhumation des victimes de cette pandémie sont à la charge du fonds Covid-19 créé par le gouvernement ; tout corps d’une personne décédée du Covid-19 ne peut être présenté qu’à « tout au plus cinq membres de sa famille, dans le respect des mesures d’hygiène et de distanciation sociale édictées. » Par ailleurs, « L’enterrement de toute personne décédée du coronavirus a lieu dans les trois (3) heures qui suivent sa mort, en présence d’au plus dix (10) membres de sa famille. »

Ci-dessous les douze articles de cet arrêté.

Arrêté n°5486 14 avril 2020 fixant les conditions d’inhumation des victimes du Covid-19

Chapitre I : Disposition générale

Article 1er : Le présent arrêté a pour objet de fixer les modalités d’inhumation dans les conditions de dignité et de sécurité sanitaire des victimes de la pandémie à coronavirus (Covid-19).

Chapitre : Modalités d’inhumation

Article 2 :  En vue d’interrompre la transmission liée à la manipulation des corps, lorsqu’une personne atteinte du coronavirus décède dans un centre hospitalier ou à domicile, toutes les opérations relatives à son inhumation sont assurées par le personnel désigné à cet effet par l’autorité administrative.

Article 3 : La conservation d’un corps d’une personne décédée du Covid-19 dans une morgue ou à domicile est formellement interdite.


Article 4 : La mise en bière du corps intervient immédiatement après que le décès ait été constaté par les services hospitaliers qui en délivrent l’acte de décès.

Article 5 L’exposition d’un corps d’une personne décédée du Covid-19 dans une morgue ou à domicile est formellement interdite.

Article : 6 Avant la fermeture hermétique du cercueil, tout corps d’une personne décédée du Covid-19 est présenté à tout au plus cinq membres de sa famille, dans le respect des mesures d’hygiène et de distanciation sociale édictées.

Article 7 : L’enterrement de toute personne décédée du coronavirus Covid-19 a lieu dans les trois (3) heures qui suivent sa mort, en présence d’au plus dix  (10) membres de sa famille.

Article 8 : Aucun rituel funéraire ne peut être organisé par la famille ou tout autre personne physique ou morale à la suite du décès d’une personne par le Covid-19.

Chapitre III: Des dispositions diverses et finales

Article 9 : Les frais relatifs à l’inhumation des victimes du coronavirus Covid-19 sont à la charge du fonds Covid-19.

Article 10 : La continuité du service public dans les services de pompes funèbres est assurée en permanence dans le cadre de la lutte contre la pandémie à coronavirus (Covid-19).

Chaque service est tenu d’organiser la rotation des agents.

Article 11. Les dispositions du présent arrêté cesseront de produire leurs effets avec la levée des mesures prises par le Gouvernement dans le cadre de la riposte à la pandémie à coronavirus (Covid-19).

Article 12 : Le présent arrêté, qui prend effet à compter de sa date de signature, sera enregistré et publié dans le journal officiel de la République du Congo


Fait à Brazzaville, le 14 avril 2020


Jacqueline Lydia Mikolo

Ministre de la santé et de la population, de la promotion de la femme et de l’intégration de la femme au développement

Raymond Zéphirin Mboulou


Ministre de l’intérieur et de la décentralisation

Antoinette Dinga Dzondo


Ministre des affaires sociales et de l’action humanitaire


Aimé Ange Wilfrid Bininga


Ministre de la justice et droits humains et de la promotion des peuples autochtones

Leave a comment