Selon l’UNICEF, nous ne disposons pas à l’heure actuelle de preuves scientifiques suffisantes pour déterminer si le virus se transmet ou non par le lait maternel, bien que des recherches sur le sujet soient en cours. « Vu les avantages que présente l’allaitement et le rôle très mineur du lait maternel dans la transmission d’autres virus respiratoires, les mères peuvent continuer à allaiter leur enfant, tout en prenant les précautions nécessaires », conseille ainsi l’UNICEF.

Les mères qui présentent des symptômes mais sont suffisamment bien portantes pour allaiter doivent porter un masque à proximité de leur enfant (y compris pendant l’allaitement), se laver les mains avant et après avoir été contact avec lui (y compris pendant l’allaitement) et désinfecter les surfaces contaminées.

Les mères trop malades pour allaiter doivent être encouragées à tirer leur lait et à le donner à leur enfant à l’aide d’une coupelle et/ou d’une cuillère propre. Elles doivent également porter un masque, se laver les mains avant et après avoir été en contact avec l’enfant, et désinfecter les surfaces contaminées.

Il n’existe actuellement pas de preuve qu’une femme présentant des symptômes similaires à ceux de la COVID-19 et qui a récemment accouché doive être séparée de son enfant. Toutes les mères et tous les enfants, porteurs ou non de la COVID-19, doivent être encouragés à rester ensemble pour pratiquer la cohabitation mère/nouveau-né, pour mettre en place l’allaitement, et pour pratiquer le contact peau à peau ou la méthode de la « mère kangourou ».

Extrait d’un article du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA)

Leave a comment